lundi 16 avril 2018

Rando Aventure : la Marche des Sangliers à FOLKLING

Le dimanche 15 avril, j’ai participé à une marche organisée par une association de mon village natal.


Un circuit sympa superbement fléché nous a menés sur les hauteurs de la forêt de Théding, puis conduit dans les sous-bois de forêts situées non loin d’Ebring et de Tenteling  et deux étangs avant de nous ramener vers les vergers de la rue des écoles et le lieu de rendez-vous : le vaste hangar aimablement prêté par la famille Wagner où avaient été installées des dizaines de tables pour le repas de midi.

Les baliseurs avaient tout prévu : les flèches, les rondelles estampillées de sangliers, les cordes pour les montées et descentes… Pas moyen de faire fausse route. Bravo les « marqueurs » !






Nous étions prévenus qu’il fallait de bonnes chaussures de rando : en effet, les zones boueuses étaient assez nombreuses du fait de la  pluie tombée la veille.


Partis de bonne heure, vers 8h40, nous avons effectué la rando en un peu plus de deux heures, mais la durée moyenne annoncée était de 2h30. Clarisse découvre sur son smartphone qu’elle a fait 10000 pas !

Le temps était radieux,  le ciel bleu, la nature belle et les endroits traversés (prés, friches, forêts, allées, berges d'étang) étaient bien choisis. 




On ne se lassait pas de ces superbes vues sur Folkling et les environs, 




de la beauté des parterres d’anémones et renoncules dans les sous bois, des primevères, des haies d’épines blanches en fleur dans la pente.




Parfois nous nous arrêtions pour identifier les empreintes laissées par des chevrettes, pour observer le sens d'une coulée, ou des vestiges de l'histoire, comme ce bunker ou cette tombe de trois soldats russes…




Et comme toujours, Juliette et Albert nous attendaient au ravitaillement avec un assortiment de gâteaux, fruits, boissons. On nous épluchait même les pommes avec une machine inédite…






Les participants étaient très nombreux. Mais  je ne me suis pas renseignée sur leur nombre auprès des organisateurs, trop pressée de déguster le sanglier servi à l’issue de la marche.


Eh oui, encore une belle réussite pour cette équipe de bénévoles que j’ai plaisir à retrouver au moins une fois l’an !

vendredi 30 mars 2018

Randonnée au Piton de l’Entonnoir

Facile, 1 heure, 100 m de dénivelé !

En regardant une émission télévisée, j’avais appris qu’il existait un sentier dans les hauts de St Joseph, sentier qui mène au Piton de l’Entonnoir !
A la faveur d’une belle journée, sans pluie, j’ai décidé avec M.C d’effectuer cette rando familiale sympa qui dure à peine une heure mais qu’on peut rallonger en mangeant des goyaviers, en photographiant des fleurs, en restant de longues minutes à contempler la vue sur St Joseph, et l’océan,  la Rivière des Remparts et tous les pitons qui jaillissent ça et là !

Facile à trouver. Nous prenons (en voiture) la route direction Plaine de Grègues à partir d’un rond point qui se trouve sur le contournement de St Jo. Et là, nous montons jusqu’à la Pente Mangue, continuons de tourner dans les nombreux lacets dans un paysage de rêve : la végétation est luxuriante et l’habitat coquet !

Dès que l’on aperçoit les panneaux bleus à main gauche dans un virage en épingle, cela signifie que le parking n’est pas loin ! 


Deux cent mètres plus haut on peut se garer, mais attention, pas commode : le sol est pierreux et inégal ! 

L’aménagement autour de cette aire de stationnement quant à lui est remarquable : les espaces verts sont bien entretenus, de nombreux arbres et fleurs croissent là.

Nous empruntons un petit sentier  herbeux entre deux bordures de vétiver et  de vacoas, il  descend pour rejoindre la route…

 mais il nous faut franchir un fossé pour accéder à la route (un petit pont, quelques planches suffiraient pour que la promenade soit plus aisée). Nous voilà devant les panneaux bleus, nous remontons par une allée semi-bétonnée pour emprunter le sentier du piton.


Une allée bordée de fleurs bleues mène à un bois et le sentier débute par des marches joliment réalisées en bois de goyavier. Les bordures aussi sont très soignées. Nous sommes sur un chemin de terre où il fait bon marcher.



 Les goyaves blanches (plutôt jaunes) sont à portée de main, on y goûte avec plaisir. 


Mais ce sont les goyaviers marron qui dominent, le sol est jonché de ces fruits rouges succulents dont on fait de bonnes gelées.  Ils sont à maturité et invitent aussi à la dégustation !




L’endroit est silencieux, les oiseaux s’y plaisent, nous aussi. Le parcours est ombragé.


De temps à autre nous avons une vue sur le littoral ou sur la rivière des Remparts.


Nous voilà au sommet, en vue du belvédère.

 Là, un paysage fabuleux s’offre à notre vue ! Une table d'orientation permet d'identifier les sites environnants


Devant nous le littoral, Saint Joseph, Vincendo, Langevin,  à gauche la rivière des Remparts, Grand Coude, de nombreux pitons dont le Piton Lambert, le piton Bernard,  et plus loin la Fournaise, le Grand Morne…

Nous continuons  la grimpette et sommes sur la plateforme de lancement des parapentes. Sommes subjugués !


Lisons le panneau destiné aux parapentistes.



Nous restons là un bon moment avant d’amorcer la descente (préférons reprendre le sentier plutôt que  faire de la route, possibilité de rallonger…)
Retour « au jardin de stationnement » où je ramasse quelques belles feuilles de vacoa pour le tressage…

C’était une belle expédition !

lundi 26 mars 2018

Saint Pierre : Les ornements du toit de la pagode

Les dragons de la faîtière

temple Guan Di à Saint Pierre

Des dragons sont situés aux extrémités de la faîtière principale, ils ont une gueule hideuse et une queue de poisson et  envoient vent et pluie. Leur attribution est d’éteindre les incendies, Ce dragon nommé « Chiwei » (ou queue de hibou), on l’a aussi surnommé « bête qui avale les arêtes du toit »
temple de Kaifeng 

Les dragons du toit de la pagode à Kaifeng. La pagode de St Pierre présente de nombreuses analogies avec ce bâtiment.
le temple de le Cité Interdite (très semblable à celui de la Réunion)

Les dragons du toit de la pagode à Kaifeng. La pagode de St Pierre présente de nombreuses analogies avec ce bâtiment.

La procession d’animaux mythiques : les "wenschou"


Le cavalier monté sur un oiseau (phénix) , appelé Prince Wang ou Immortel dirige une procession de 7 animaux suivis par un dragon impérial ( sur le toit d’un pavillon de la cité impériale de Pékin on compte 9 animaux).
Les figurine appellees “wenschou” représentent des animaux légendaires.




 Concernant les nombres, le nombre impair est une constante. Un seul déroge à la règle : le 8 qui représente « la fortune »


La charpente de la Pagode Guan Di




Cette charpente du temple Guan Di est remarquable. Trois ouvriers sont venus spécialement de Chine pendant quelques mois pour assembler les poutres dans le respect de la tradition Un assemblage sans clous, ni vis, simplement selon le principe des tenons et mortaises.  Le bois lui aussi est venu d'Asie, comme le granit et les céramiques..

 

Cet élément architectural est appelé « dougong ».

  



Les artisans chinois ne comptaient pas leurs heures de travail pour remplir le contrat, mais ils étaient assistés par des manœuvres réunionnais qui eux se conformaient à la législation. 

                                  

samedi 24 mars 2018

Bienvenue à la Pagode Guan Di de Terre Sainte



En attendant le début de la visite guidée de ce temple qui organise une découverte des lieux tous les samedis, je me suis attardée devant le stand où les bénévoles de l’association vendaient des baguettes d’encens , des timbres commémoratifs de l’inauguration, des cartes postales, livrets…

Là, un monsieur de la communauté chinoise, communauté très importante en nombre sur l’île, m’explique que sur l’une des cartes vendues on souhaite « la bienvenue ».


Et il me détaille le sens des calligraphies :
Le premier idéogramme, en haut signifie «  la joie », le second « recevoir », les derniers « nous sommes présents ».
Le message est entendu : l’association « les bénévoles sont là pour nous accueillir dans la joie »
Et effectivement l’accueil est à la hauteur de l’annonce. On nous offre des baguettes d’encens, et même du thé ! Marguerite, notre guide est également bienveillante et pédagogue.

Une visite (gratuite) à conseiller à tous ceux qui vivent ou sont de passage à la Réunion.
Horaires : les samedis  à 9h30, 10h30 14h30 15h30

jeudi 14 décembre 2017

Un caméléon acrobate sur le grillage…

Ce jour-là, nous sommes en train de manger dans ma petite case quand les regards de tous les convives se tournent vers une attraction intéressante .



Sur la clôture qui sépare mon allée de la maison voisine, un beau caméléon vert avance avec peine sur le grillage ; il progresse très lentement et rétablit l’équilibre à chaque pas.